· 

Dégât en marche arrière

Question : Chimon sort de son parking en marche arrière parce que c’est la seule manière de le faire. Il vérifie avant de sortir qu’aucune voiture ne se dirige vers lui. Puisque la route est sens unique il ne regarde qu’à gauche. Soudain de droite, Lévi qui faisait marche arrière le cogne et lui cause des dégâts importants. Lévi prétend qu’il aurait aussi dû faire attention à ce qu’aucune voiture ne vienne de la droite. Et puis il invoque son droit à se faire rembourser ses réparations qui sont plus importantes que celles de Chimon, en rappelant la règle bien connue selon laquelle un homme est responsable de ses dégâts occasionnés même par inadvertance.

Réponse : Il faut d’abord savoir qu’un accident de voiture est vu selon la halakha comme un dégât occasionné par son propre corps. C’est Roch (cité dans Tour HM 378) qui établit cela. Il légifère au sujet d’un cavalier imprudent et le rend coupable de tous ses dégâts durant sa course dans les rues de la ville comme s’il l’avait fait avec son corps. En effet, on n’a pas le droit de courir dans les rue, sauf veille de chabbat où tout le monde est pressé (Baba kama 32).

Pour ce qui est de la règle évoquée par Lévi, elle n’est vraie selon Rambam que dans le domaine de la victime. Dans ce cas, quelques soient les circonstances il y aura toujours faute même si les dégâts ont été causés par inadvertance.   

Pour tous les autres domaines (celui du fautif où la victime serait rentrée sans demander le droit, ou de la rue etc, qui est à tout le monde quand ils se conduisent adéquatement, ou dans un cas où les deux n’auraient pas de droit de séjour dans un certain domaine, s’ils se conduisent tous deux inadéquatement -les deux dépassent la vitesse autorisée-), dans tous ces cas, il n’y a de pénalité financière que dans un dégât prémédité.

Dans notre cas, puisque Chimon était en droit, la rue est considérée comme son domaine alors que pour Lévi la rue n’est pas son domaine puisqu’il ne se conduit pas adéquatement. Dans ce cas, Lévi est tenu de dédommager même s’il n’a pas du tout prémédité, alors que Chimon puisqu’il a fait par inadvertance, et qu’il était dans son domaine, ne doit rien payer.

Il y a un autre avis (Rachi) mais qui dans notre cas n’a pas d’incidence).   

 

Rav Yossef Simony

 

Dayane au beth dine Michpat Chalom  

Écrire commentaire

Commentaires: 0